Le monde et sa propriété – Série Arte.tv

Gérard Mordillat et Christophe Clerc interrogent 14 chercheuses et chercheurs de différents pays et cultures sur la notion de propriété. D’où vient-elle ? Comment s’applique-t-elle aujourd’hui aux questions du corps, de l’intelligence, de la nature ?

Source : https://www.arte.tv/fr/videos/RC-023187/le-monde-et-sa-propriete/

D’où vient la notion de propriété ? Comment s’applique-t-elle aux questions du corps, du travail, de l’intelligence ou de la nature ? Dans une série documentaire à la stimulante érudition, Gérard Mordillat (« Corpus Christi », « Travail, salaire, profit ») et Christophe Clerc interrogent des chercheurs de différentes cultures.

La notion de propriété, dont l’un des grands théoriciens se nomme John Locke, est rarement questionnée. Pourtant, chaque société en produit sa définition. En France, ayant constitué l’un des piliers de la philosophie des Lumières, elle garde aujourd’hui une dimension sacrée. Toute autre, la conception anglo-saxonne ne la reconnaît pas comme un droit naturel. En Amérique latine, des Constitutions établissent sa fonction sociale, notamment pour les grands propriétaires terriens : la propriété doit ainsi subvenir au bien-être de la société. En Afrique, elle établit souvent un lien entre l’individu et un collectif intertemporel. Mais quelle que soit sa définition, n’implique-t-elle pas toujours de la violence ?

Érudit et stimulant
Quel meilleur outil que la propriété pour comprendre la société dans laquelle nous vivons ? Dans la mise en images qui constitue sa marque, en l’occurrence cet enchaînement d’entretiens sur fond noir, Gérard Mordillat (Corpus Christi, Jésusetl’islam,Travail, salaire, profit), coréalisateur de cette collection documentaire avec Christophe Clerc et Bertrand Rothé, explore ce concept rendu sacré par la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen et en même temps limité par la loi. Ce sont tous les domaines de la vie, publique et privée, que questionne Le monde et sa propriété : le travail, l’esclavage, le corps, la prostitution, les données numériques, les brevets, les droits d’auteur et ceux de la nature… En donnant la parole à quatorze chercheurs de différents continents, cette série permet de décentrer notre regard occidental. Un résultat stimulant, qui offre d’innombrables pistes de réflexions pour penser le monde autrement, mais aussi notre quotidien et notre rapport à nous-mêmes.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.