Écologie des groupes

Source : Revue TERRESTRES
https://www.terrestres.org/2019/05/26/on-nest-pas-groupe-on-le-devient-2/

« on n’est pas groupe, on le devient ».

Comme l’expliquait la militante écoféministe et sorcière néopaïenne Starhawk, « même les états que nous ressentons comme négatifs, comme pénibles, font corps avec de l’énergie. La colère, la rage, la dépression, le cynisme, la peur qui est résistance sont tous des sources de pouvoir si nous les utilisons comme indicateurs plutôt que comme blocs ». Être affecté n’est pas une déficience, c’est un pouvoir. Le tout est de développer les savoirs, espaces collectifs et outils (micro)politiques adéquats.

Penser le groupe, c’est refuser le mythe de sa spontanéité
Instaurer des artifices
Faire de la politique avec et par les émotions
Dépasser l’opposition entre le politique et le spirituel (… l’émotion et la raison, l’individu et le groupe)

Lire l’article

Le livre en ligne : https://micropolitiques.collectifs.net/Introduction