La résilience ?

Rechercher la résilience, ça veut dire quoi ?

La résilience désigne originellement la résistance d’un matériau aux chocs ; (le « fait de rebondir », du latin resilientia, de resiliens), définition ensuite étendue à la capacité d’un corps, d’un organisme, d’une espèce, d’un système, d’une structure à surmonter une altération de son environnement.

La résilience communautaire (ou résilience collective) se veut l’application concrète du concept de résilience à l’échelle d’une communauté. C’est la capacité d’une communauté de continuer à vivre, fonctionner, se développer et s’épanouir après un choc ou une catastrophe.

Une communauté résiliente est un groupement de personnes structuré et organisé pour s’adapter rapidement au changement, surmonter un traumatisme, tout en maintenant sa cohésion et des relations ouvertes avec le reste du monde. Elle s’efforce d’améliorer son quotidien en tissant à nouveau du lien social, en misant davantage sur la solidarité.

L’être humain est un être social, étroitement lié à son entourage, qui s’épanouit et s’organise en groupe. Les humain.e.s peuvent être exposé.e.s à des chocs d’ordre personnel, mais aussi à des événements extérieurs, qui peuvent affecter leur communauté (catastrophe naturelle, choc économique, rupture dans les réseaux d’approvisionnement, etc.). De ce fait, leur autonomie au sein de la société est relative et surtout fragile. L’humain moderne est généralement dépendant des chaînes logistiques qui permettent l’approvisionnement des énergies, des biens et des services.

Développer la résilience collective passe donc inévitablement par le développement de l’autonomie du groupe. La résilience individuelle est étroitement liée à une faculté de résilience collective.

Source : wikipédia


Dans cette conférence TEDx, Arthur Keller dresse un tableau des limites et des risques auxquels l’humanité est confrontée et propose une stratégie pour affronter l’avenir avec lucidité et espoir.