Actualités, Collecte

Lettre aux donateurices

Une lettre, une carte postale, une carte à planter et des confettis…?

Décembre 2021

Chères donatrices, chers donateurs, chèr.es donateurices,

La voici, la voilà ! L’impatiemment espérée, la rêvée, la fantasmée, la tant attendue : votre contrepartie. Mais si ! Souvenez-vous… il y a quelques mois, vous avez fait un don à la Talvère, ce merveilleux lieu commun que vous soutenez de tout votre coeur. Voici aujourd’hui, avec toute notre gratitude pour votre soutien, quelques nouvelles, accompagnées de cadeaux.

En un an, il s’en est passé des choses à la Talvère. En juin 2020, après des rapports de pouvoir conflictuels et une période de transition, le projet de la Talvère avait changé : plutôt qu’une association socio-culturelle qui organiserait des événements, elle devenait l’Association des Lieux, comme une gardienne accueillante de cette maison qui appartient à toustes. Plutôt facilitatrice qu’organisatrice ; plutôt contenante que créatrice de contenus.

Alors voilà ce à quoi nous avons travaillé : créer un cadre de fonctionnement et des règles d’utilisation pour soutenir la qualité des relations et des décisions, veiller aux rapports de pouvoir, pour permettre à plein de gens de faire usage du lieu, pour y faire des tas de choses différentes. En parallèle, nous nous sommes attaquées à un rafraîchissement du lieu, étape nécessaire pour que nos envies d’usages multiples et protéiformes puissent se réaliser. Les gros travaux restent à venir, comme l’isolation de la maison ou la rénovation de la grange.

Côté humain, certaines personnes sont parties et d’autres sont arrivées. Ça a été l’occasion de créer un parcours d’entrée, et un de sortie. Aujourd’hui il y a une équipe solide de neuf personnes, engagée dans cette aventure des communs.


Au mois de mai, nous avons présenté cette nouvelle Talvère lors d’une journée intitulée ‘’l’éclosion des communs’’. Le matin était consacré à la présentation des facettes du nouveau fonctionnement et l’après-midi, nous avons invité les personnes présentes à s’emparer de la Talvère et à imaginer tout ce qu’on pourrait y faire. Ça avait été un beau moment, de grands rêves avaient été partagés et ça nous avait porté, nous les membres de la Talvère : on se disait que la mayonnaise prenait.

En effet, des gens et d’autres associations ont fait usage du lieu. La Talvère a accueilli des réunions, des stages, un spectacle, des soirées jeux, des ateliers de chant, de mécanique, des cercles de parole… hébergé des voyageu.ses.rs et servi de QG cantine pour les activités et projets qui fourmillent par ici. Nous avons aussi reçu beaucoup de personnes de passage ou installées dans la région et intéressées par le projet.


Cependant, nous sommes face à des doutes, des interrogations. Que faut-il pour que plus de gens qui viennent aient envie de rester et de participer au projet ? Faire communs, est-ce que ça a du sens sans communauté élargie ? Et s’ielles ne restent pas, est-ce que ça veut dire qu’on se serait trompées ? Que ce n’est pas intéressant, pas utile ?

Pourtant. moi qui écris, Maï, je fais partie de ce ‘’nous’’ depuis quelques mois seulement. Je suis arrivé.e et j’ai trouvé ça révolutionnaire, ce qui se passe à la Talvère. Ce qu’on essaie de faire, ce chemin vers une autre logique, ces expérimentations d’autres mondes chez nous, autour de nous, cet autre rapport à la propriété, au faire ensemble, aux relations, au vivant, que ceux que nous impose la trame patriarcale et capitaliste de la modernité.

Il y a dix jours, j’étais avec une trentaine de personnes venues des quatre coins d’Europe et qui toutes partageaient le même rêve. On n’est pas toutes seules, sur notre bout du causse, les communs ça fait sens pour beaucoup d’entre nous, je l’ai entendu.

Ca fait sens pour vous. Nous le savons, à la Talvère. Je crois que le défi que nous traversons actuellement, est de nous en souvenir. De continuer à porter ce projet autant que nous sommes portées par celui-ci, alors même que le soutien que nous espérions est lent à venir, que la communauté que nous aspirions à voir se former autour des lieux communs reste de petite taille.


Quels sont les projets de la Talvère aujourd’hui ? D’abord, dans le concret, c’est de réaliser des travaux d’envergure, pour rendre la maison plus confortable (isoler et aménager) et ouvrir des espaces : le grenier, le préau, le fournil, la porcherie, le poulailler, la grange.

Et toujours, dans sa dimension « labo », continuer à explorer le sens, les pratiques, les outils pour réapprendre à faire commun, au sein des lieux, de l’association et sur le territoire.

Enfin, renforcer cette communauté humaine, en faisant vivre l’écosystème local, avec la ferme d’en face et une nouvelle asso autour de l’habitat collectif, la Martellaise.


Il était écrit : « une invitation à une rencontre très spéciale à La Talvère, dans 1 an… »

Il y a eu un vent contraire appelé COVID19. Et franchement, au printemps 2021, on a eu trop la flemme de se lancer dans l’organisation incertaine d’une fête, avec lieu, repas, ateliers, conférences et musiques… pour l’annuler au dernier moment, parce que la moitié des gens n’auraient pas pu venir en train, parce que la préfecture nous aurait dit « non mais 255 personnes, c’est un peu beaucoup ! », parce que les musiciennes auraient été cas contact… Choix de la simplicité… et déception ! Snif.

Pour vous célébrer quand même… tadaaaa ! On a organisé une grande fête en visio !
Naaaan, c’est pas vrai !!! On n’a pas choisi ça non plus. On a choisi la poésie : oxymore et pléonasme.

D’après Pierre Larousse, qui a eu l’idée de donner son avis sur tous les mots de la langue (ce qui est le comble du mansplaining !) : « un oxymore est une figure de style qui réunit deux mots en apparence contradictoires. » Exemples : développement durable, flexisécurité, croissance verte, moralisation du capitalisme, lotissement les mésanges, camembert Président au lait cru, élection démocratique, homme féministe, pouvoir de l’intention… etc

Fais ta fête festive autogérée® toi-même ! Youpiii !

C’est facile grâce à notre kit Talvère© : 3 ingrédients préconditionnés (fournis avec le kit !) et un ingrédient mystère®…

Après de longs mois de recherches dilettantes, le soutien superflu d’un bureau d’études spécialisé en culture sanitaire et responsabilité greenwashing , plus de 25 prototypes en pâte à modeler 3D, et malgré quelques accidents joyeux avec des perforeuses mal réglées, The Labo de la Talvère© est heureuse de vous offrir une création de réalité qui représente le fleurissement ultime du génie individualiste et qui va révolutionner les loisirs anarchistes au 21ème siècle !
Zéro contact, zéro risque… et bien sûr zéro déchet, parce que c’est notre projet – d’être une association engagée dès maintenant dans la transition vers la suite du monde d’après

Les confettis festifs !© Youhoooou !

Vous munir des confettis biodégradables (fournis avec le kit !) et les placer dans votre main gauche.

La boisson festive !©
Miaaam !

20 minutes avant l’heure programmée de la fête festive, préparer 1L de jus de pomme chaud.
Ingrédients : 2 bâtonnet de cannelle / 2 badiane (anis étoilé) / 3 rondelles de citron / 4 rondelles d’orange coupées en quartier / 1 c-à-soupe de miel… et 1L de jus de pomme aussi, sinon c’est un peu sec. Verser tous les ingrédients dans une casserole et porter à ébullition. Réduire le feu couvrir la casserole et laisser frémir 15 minutes environ. Attention c’est chaud. A l’aide d’une petite passoire, vous servir dans un verre en verre durable et le placer devant vous sur la table, en veillant à garder le jus de pomme dans le verre et les épices dans le compost (zéro déchet !).

La musique festive !© Yeaaaah !

Brancher les enceintes et taper « Barrut – L’èrba d’agram » dans votre recherche de moteur habituelle. Cliquer sur « play ». Pour une version bonus en route vers la réalité virtuelle augmentée, vous pouvez karaoker le texte (fourni avec le kit !).

Votre moi profond festif !© Oommmmmm…

Vous avez en main les 3 ingrédients clés d’une bonne fête festive : il ne vous reste plus qu’à l’autogérer. A l’aide de votre pensée créatrice, vous allez faire – do it yourself® – émerger une expérience immersive festive inédite et renouvelable, en enchaînant au gré de votre inspiration militante : confettis / jus de pomme / lalala… ou encore lalala / confettis / re-lalala / jus de pomme… (ces 2 séries sont données à titre exemplaire et non contractuel, la responsabilité de la direction collégiale de l’association ne saurait être engagée si un enchaînement ne s’avère pas du tout festif).

Le comité de rédaction s’excuse pour son dithyrambique débordement d’humour au dixième degré qui peut-être pourra en laisser certaines pantoises : l’autodérision forcenée constitue parfois le dernier salut dans les périodes de crises (sanitaires et générales), merci donc de votre bienveillante compréhension.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.